Sellou de mon enfance

 

sellou

Bonjour,

 la recette d’aujourd’hui est celle du sellou ou sfouf, ce mélange énergétique, raffiné que j’aime servir sur ma table par petites portions, servies dans de jolies assiettes, ramequins ou verres, décoré de sucre glace et d’amandes grillées, pendant le ramadan, pour rompre le jeûne. Il se déguste à la petite cuillère.

Ce délicieux mélange composé de farine torréfiée, d’amandes grillées, de graines de sésame grillées, parfumé à l’anis vert, gomme arabique et cannelle est un fortifiant. Quelques cuillerées suffisent et il faut savoir s’arrêter car il est plutôt calorique de par sa composition riche en fruits secs, miel, sucre, huile et beurre.

Il y a je pense autant de familles que de sellou, chacun le compose selon ses goûts. Chaque année, je change légèrement sa composition au niveau des quantités et même des ingrédients et selon que la farine est très dorée ou à peine dorée, on obtient un sellou de couleur plus ou moins foncée. Certains ne mettent pas de beurre mais plutôt une huile d’olive au goût pas trop prononcé pour une longue conservation. Je préfère ajouter du beurre, un beurre clarifié pour ne pas altérer le goût dans le temps et je n’en fais pas une grande quantité. Habituellement, je mets même poids d’amandes que de graines de sésame que de farine, là j’ai modifié pour changer un peu. J’ai préparé le sellou comme le préparait ma mère. Il est très très bon.

C’est une belle recette marocaine d’un mélange raffiné, parfumé, riche en ingrédients (amandes, graines de sésame…) et succulent.

A force d’en faire, on trouve le bon équilibre au niveau des ingrédients et on atteint la saveur désirée mais sa réussite tient aussi bien à la maîtrise de la torréfaction qu’au bon dosage des ingrédients, ce qui va déterminer le goût final du sellou.

Habituellement, il est préparé pendant la période du ramadan, à l’occasion d’une naissance, il est présenté à la maman ou lors d’un baptême.

C’est assez long à faire mais avec de l’organisation, quelques préparations en amont, on arrive à le préparer relativement vite. Le mieux est de se faire aider quand on en prépare une grande quantité. Ici j’en ai préparé pour un kilo de farine, sachant qu’on en mange seulement quelques cuillerées à chaque fois!

assiette sellou.PNG

RECETTE

Ingrédients :

  • 1 kg de farine pâtissière (t 45) ou farine fluide t 45

  • 500 g de graines de sésame grillées et moulues

  • 150 g de graines de sésame grillées non moulues

  • 500 g d’amandes émondées frites dans un 1/4 de litre d’huile de tournesol

  • 150 g d’amandes émondées concassées grossièrement

  • 2 c à s de cannelle

  • 1 c à s d’anis trié et moulu

  •  4 grains de gomme arabique mixés avec l’anis et un petit morceau de sucre

  • 300 g de sucre glace

  • 400 g de miel de fleurs

  • 250 g de beurre doux de qualité (j’ai mis du « beurre président ») + l’huile de friture des amandes

  • 1/2 c à c de sel

  • prévoir des amandes émondées et frites pour la décoration du sellou

Préparation :

– Commencer par faire griller la farine dans une grande poêle, j’utilise pour cela mon farrah acheté au Maroc. Il faut griller la farine à sec, en remuant sans cesse jusqu’à ce qu’elle soit bien dorée et la tamiser. Attention de ne pas la cramer ce qui gâcherait le goût du sellou. Selon que la farine est très dorée ou à peine dorée, on obtient un sellou de couleur plus ou moins foncée. L’astuce est de dorer sa farine et en prendre une c à c qu’on mélange avec un peu d’huile et on décide de la couleur finale qu’on veut pour son sellou. Cette étape est la plus longue et fastidieuse je trouve.

– Trier et laver les graines de sésame. Les égoutter et les sécher sur un torchon propre. Les griller à sec dans une poêle en remuant continuellement. Dès que les petites graines commencent à sauter, on sort la poêle du feu et on les verse dans une assiette pour stopper la cuisson. Trop grillées, elle gâcheraient le goût du sellou, donc le mieux est de les torréfier légèrement.

Peser 500 g de graines de sésame grillées qu’on va mixer, réduire en poudre. En garder 150 g entières pour apporter du croquant au sellou.

– Mettre à bouillir les amandes dans une casserole d’eau et dès le début de l’ébullition, les égoutter, les émonder, les laver, les sécher sur un torchon propre. Frire les amandes dans 1/4 de litre d’huile qu’on gardera. Remuer sans cesse pour éviter q’elles crament.

Peser 500 g d’amandes qu’on va réduire en poudre pas trop finement. En garder 150 g qu’on va concasser grossièrement, des petits éclats d’amandes (on peut les concasser dans un mortier).

– Mixer finement l’anis trié avec les petits grains de gomme arabique et un demi morceau de sucre.

Remarque : La saveur des ingrédients pas assez torréfiés est moins exaltée et trop torréfiée rend le sellou amer ce qui n’est pas agréable à la dégustation! Il faut donc garder l’oeil pendant cette étape de la torréfaction, c’est très important!

– Au fur et à mesure qu’on prépare les ingrédients, les disposer dans un grand plat, de préférence une « gass3a » ou même une grande bassine propre.

– Faire fondre le beurre dans une casserole à feu doux ou bien au micro ondes et le clarifier. Il est important de le clarifier pour éviter qu’il ne gâche le goût du sellou avec le temps. Une fois fondu, attendre que la casserole ou le bol tiédisse et le mettre au frais soit au frigo soit au congélateur pour aller plus vite. Le beurre va durcir en surface et au fond restera le petit lait qu’on jettera. Faire fondre à nouveau ce beurre rapidement.

– Mélanger la farine torréfiée, passée au tamis, les amandes grillées moulues, les amandes grillées concassées, les graines de sésame grillées et moulues, les graines de sésame grillées entières, l’anis et la gomme arabique moulus, la cannelle, le sucre glace, le sel.

Mélanger tous ces ingrédients en les frottant entre les mains. Frotter tous les grumeaux entre les doigts. On doit obtenir un beau mélange homogène, sableux.

– Ajouter l’huile de friture des amandes, le beurre clarifié ainsi que le miel liquide.

– Mélanger les ingrédients secs avec cette matière grasse et le miel et sabler le mélange entre les mains en frottant. Bien imbiber touts les ingrédients sec.

Ne pas hésiter à pétrir pendant une dizaine de minutes pour avoir un beau sellou, bien homogène.

A ce stade, goûter votre sellou et si vous le voulez plus sucré ajouter du sucre glace ou mieux encore du bon miel. De même que si vous le préférez plus compacte, ajouter du beurre clarifié et miel.

Personnellement je le préfère pas trop foncé et avec une texture plutôt sableuse.

Remarque : La couleur finale du sellou, dépendra des ingrédients que vous aurez grillés, selon qu’ils sont bien dorés ou à peine dorés, le sellou sera soit foncé soit à peine foncé.

sellouuuu.PNG

Une fois le mélange homogène, le placer dans des boîtes ou petits seaux en plastique alimentaires et le tasser. Le couvrir avec du sucre glace et décorer le dessus avec des amandes entières, émondées et frites.

Il se conserve très bien plusieurs semaines, et se bonifie les jours suivant la préparation.

Pour une longue conservation, le placer au frigo. Certains le congèle par portions, je n’ai jamais testé.

Régalez-vous!

Publicités

Chebakia

chebakia.PNG

Bonjour,

Chaque année je teste une nouvelle recette car toujours en quête de la chebakia ou mkharka de rêve, croquante puis fondante en bouche et gorgée de miel qui met nos papilles en émoi le temps de la dégustation. A force d’essai, je pense avoir trouvé LA recette, en tout cas comme je l’aime, c’est à dire une recette qui donne des chebakias légèrement croquantes, fondantes en bouche avec une texture sablée à souhait et très gouteuses! Ces chebakias me font penser aux griwechs de la ville de Fès, même jolie couleur, même goût.

J’aime beaucoup la forme de ce gâteau au miel que je trouve très beau avec ses lanières enchevêtrées avec habileté.

Je pense que cette recette de la cuisine marocaine vous plaira comme elle nous a plu. Ces petites douceurs accompagneront notre fameuse soupe harira à merveille, durant la période de ramadan qui approche.

cone.PNG

RECETTE 

Ingrédients :

  • 1 kilo de farine pâtissière

  • un verre de 160 g d’un mélange huile d’olive et huile de tournesol (80 g huile de tournesol et 80 g huile d’olive)

  • un verre de 160 g de beurre doux de bonne qualité, fondu et clarifié (on jette le petit lait)

  • 125 g de graines de sésame non torréfiées moulues très très finement jusqu’au stade du praliné de sésame (pour ne pas percer la pâte quand on l’étale)

  • un verre d’eau (160 g) de fleur d’oranger chauffé dans lequel on ajoute des filaments de safran pur ou bien du colorant alimentaire jaune en poudre en sachet (en mettre un peu pour colorer l’eau en jaune)

  • 4 c à s de vinaigre blanc (j’utilise du vinaigre blanc sans alcool)

  • 1 c à s et demi de cannelle en poudre tamisée

  • 2 c à s d’anis trié, moulu et tamisé

  • 2 c à s de fenouil « 7abet 7lawa » moulu et tamisé (j’en ai pas mis)

  • une demi c à c de sel

  • 3 boules de gomme arabique (réduites en poudre avec un petit morceau de sucre dans un mortier)

  • un sachet de levure chimique de 8 g

  • très peu de levure boulangère (une noisette de levure boulangère fraîche ou bien 2 pincées de levure boulangère en billes ultra fines) FACULTATIF, si on sait qu’on va prendre  du temps  dans le façonnage, mieux vaut ne pas en mettre!) (J’étais seule à les façonner, je n’en ai pas mis!) Le mieux est de ne pas en mettre car ça gonfle trop la pâte et les chebakias auront une autre allure si on ne se dépêche pas dans le façonnage !

  • un jaune d’oeuf (je n’en ai pas mis) C’est facultatif

  • eau tiède

Finition et décoration :

  • du miel (en prévoir 2 kilos) (j’ai mis moitié miel de fleurs et moitié sirop de glucose) Il faut savoir que pour ce genre de pâtisserie, il est d’usage d’utiliser du faux miel, fabrication maison avec du sucre, de l’eau, citron et bâton de cannelle qu’on cuit dans une cocotte minute pendant 45 minutes)

  • des graines de sésame grillées

platchebakia.PNG

Préparation :

Dans un très grand plat, type gass3a (voir photo) verser la farine, ajouter la cannelle tamisée, l’anis et le fenouil tamisés, les graines de sésame, le sel, la gomme arabique réduite en poudre, la levure boulangère si on veut mais si on l’incorpore, il faut être sûre de ne pas traîner lors du façonnage. Disons que la levure boulangère reste facultative.

Mélanger en frottant avec les deux mains tous ces ingrédients, sabler la pâte entre les doigts jusqu’à avoir un mélange homogène. Frotter les grumeaux formés par les ingrédients ajoutés.

Ajouter le beurre fondu clarifié et l’huile. Bien mélanger la matière grasse avec le mélange de farine et les autres ingrédients secs. Il faut que l’huile et le beurre imprègnent bien la farine. Sabler la pâte entre les doigts en frottant la pâte entre les doigts. Frotter les éventuels grumeaux de pâte. On doit obtenir un mélange homogène.

Remarque : on peut à ce stade là, couvrir le plat avec un grand sac plastique ou film alimentaire et réserver la préparation pour continuer la suite le lendemain mais dans ce cas là il ne faut ajouter aucune levure, ni la boulangère si on a décidé d’en mettre, ni la chimique! Et le lendemain il suffit d’ajouter le vinaigre, l’eau de fleurs d’oranger et l’eau tiède pour ramasser la pâte. Quand la pâte a reposé ainsi une nuit, le lendemain, il suffit de former une boule de pâte en ajoutant les liquides, sans pétrir. On fait cela pour s’avancer dans le travail surtout si on en prépare une grande quantité.

Ajouter la levure chimique. Mélanger rapidement.

Ajouter l’eau de fleurs d’oranger colorée avec les filaments de safran ou colorant alimentaire jaune ainsi que le vinaigre blanc.

Mélanger en commençant à pétrir.

Commencer à ramasser la pâte en ajoutant peu à peu l’eau tiède. Pétrir de manière énergique et c’est l’eau ajoutée peu à peu qui va former une pâte qui doit être plutôt ferme, ni trop dure, ni trop molle. Elle doit être malléable mais ferme pour pouvoir l’étaler et façonner les chebakias.

placheb.PNG

Former un gros boudin. Le couper en 6 boules de taille identique.

protéger aussitôt les boules formées dans un sac plastique transparent pour éviter qu’elles ne sèchent ou forment une croûte sèche.

feuilletagechebakia.PNG

Etaler chaque boule formée en un long ruban, large comme pour faire le feuilletage des msemmens ou crêpes feuilletées. Protéger les rubans de pâte dans un sac plastique au fur et à mesure.

Rabattre le côté supérieur au milieu du ruban  puis le côté inférieur sur le premier côté rabattu.

Puis en partant de la gauche ou de la droite, rabattre deux fois la pâte comme un pliage. Former un carré de pâte.

carrépatecheb.PNG

Ranger le carré de pâte plié dans le sac plastique.

Faire pareil pour toutes les boules de pâte. On obtient 6 carrés de pâte pliés.

Laisser reposer les carrés de pâte protégés dans le sac plastique pendant au moins une heure, surtout si on a pas mis la levure boulangère.

Prendre chaque carré, l’étaler un peu puis avec une roulette à pâtisserie, le couper en deux.

prendre chaque demi carré et l’étaler en long ruban avec comme largeur la largeur de l’outil à chebakia ( » jerrarra diyal chebakia « ) qui va nous servir à former de belles chebakias de forme régulière.

Procéder ainsi avec tous les carrés de pâte. Protéger à chaque fois la pâte sous un grand sac plastique ou film  alimentaire pour éviter la formation d’une croûte sèche à l’air.

machineàpate.PNG

Prendre chaque ruban et le passer à la machine à pâte N°3 .

Etaler les rubans de pâte côte à côte sur un plan de travail.

empreintes.PNG

Passer l’outil à chebakia sur chaque ruban de pâte pour dessiner les empreintes de chebakia ( 5 lanières pour chaque chebakia ).

Enlever l’excédent de pâte sur les bords et à l’aide de la roulette à pâtisserie, découper des carrés de 5 lanières.

lanières.PNG

Former les chebakias: Saisir la première la troisième et la dernière lanière. Coucher la première lanière en la rabattant sur la troisième et poser la troisième sur la dernière. Coller les deux angles de pâte qui pendent et les pousser à l’intérieur. Poser le gâteau entremêlé et former la chebakia en écartant les lanière un peu et en pinçant les deux bouts pour obtenir une belle forme de chebakia (voir photo).

rosaces.PNG

Verser du miel dans un saladier métallique ou autre récipient profond. Ce miel servira à enrober les chebakias.

Préparer une passoire métallique ou le haut d’un couscoussier pour accueillir les gâteaux une fois trempés dans le miel. Penser à placer un récipient en dessous pour récupérer le miel qui tombe.

Cuisson :

Chauffer de l’huile de friture dans une poêle profonde ou sauteuse.

Cuire les chebakias. Dès qu’elles remontent en surface, gonflent et commencent à dorer sur les côtés, les retourner une à une avec une fourchette.

Les sortir de l’huile avec une cuillère passoire et les tremper aussitôt dans le miel froid. Le miel doit être froid pour permettre au gâteau chaud de se gorger de miel.

mielcheb.PNG

Attendre que les autres chebakias soient cuites et prêtes à être sorties de l’huile pour sortir les premières qui trempent dans le miel.

Continuer ainsi jusqu’à cuire tous les gâteaux.

Pour finir, verser tout le miel froid restant sur les chebakias pour qu’elles soient bien enrobées de miel (oups j’ai oublié de le faire!).

chebmiel.PNG

Au moment de ranger les chebakias, les saupoudrer de graines de sésame grillées au fur et à mesure qu’on les range dans une boîte en plastique alimentaire ou autre. Séparer les ranger de gâteaux avec des carrés de papier cuisson.

Ces gâteaux au miel se conservent plusieurs semaines, on peut les arroser de miel de temps en temps, pour qu’elles restent bien mielleuses.

Certains les conservent au frigo pour une plus longue conservation, surtout quand il fait chaud.

assiettecheb.PNG

source de la recette : Noussa cuisine. Je vous conseille d’aller voir sa vidéo de la préparation des chebakias .

Régalez-vous!

Bassboussa à la noix de coco

bassboussa noix coco.PNG

Bonjour,

je vous retrouve avec une délicieuse recette de bassboussa à la noix de coco, gorgée de sirop et parfumée à l’eau de fleur d’oranger.

Cette pâtisserie orientale est un véritable délice, un gâteau de fêtes très apprécié.

Le goût de la noix de coco est bien présent. Cette bassboussa est vraiment délicieuse, je la réalise depuis des années, depuis que je l’ai découverte grâce à une amie blogueuse Kaouther du blog Culinary delights à qui je pense à chaque fois que je réalise ce gâteau pour régaler ma famille ou bien pour offrir!

Il existe autant de recettes de bassboussa que de familles, il existe différentes recettes mais l’ingrédient qu’on retrouvera toujours est la semoule et la particularité de ce gâteau est le sirop qui va apporter le moelleux et un goût exquis.

Vous trouverez dans ce site une autre recette de bassboussa que j’aime tout particulièrement, parfumée à l’orange ICI !

RECETTE :

Ingrédients pour le gâteau :

  • 1 verre de semoule fine ou moyenne (garder comme mesure toujours le même verre)

  • 1 verre de farine

  • 1 verre de noix de coco

  • 1 verre de sucre en poudre

  • 1 verre d’huile

  • 1 verre de lait

  • 2 oeufs

  • parfum au choix (eau de fleur d’oranger ou extrait de vanille)

  • 1 c à c de levure chimique

bassbousssa.PNG

Préparation :

Commencer par préparer le sirop qui servira à arroser le gâteau à la sortie du four.

Préparation du Sirop :

Il faut:

  •  3 tasses d’eau

  • 1 tasse et demi de sucre

  • 1 c à s de fleur d’oranger (ou vanille)

  • quelques gouttes de citron

Préparer le sirop avec les ingrédients cités et laisser sur le feu pendant 15 minutes environ puis laisser tiédir.

Préparation du gâteau bassboussa :

– mélanger les matières liquides d’abord + le sucre et le parfum (Mélange A).

– mélanger ensuite les matières sèches + la levure chimique (Mélange B).

– verser le mélange A sur le mélange B et bien mélanger. Puis verser le tout dans un moule recouvert d’un rond de papier sulfurisé et beurré. Mettre à cuire à 180°c environ 30 minutes (faire le test de la lame du couteau planté au centre du gâteau qui doit ressortir sèche!).

Il est possible de choisir un moule carré, ce qui facilite le découpage.
Dès la sortie du four, verser le sirop sur le gâteau et laisser refroidir avant de le découper en carrés ou losanges, sinon il s’effrite.

Le mieux est de préparer le gâteau bassboussa la veille et le découper le matin ou bien le préparer tôt le matin et le découper dans la soirée.
Décorer à votre convenance avec de la noix de coco ou bien des amandes en poudre comme dans la photo ci-dessous.

Pour la présentation, choisir de jolies caissettes.

bassbbbbousssa.PNG

Régalez-vous!

Ghriba bahla aux amandes

Bonsoir,

c’est avec plaisir que je partage avec vous aujourd’hui une délicieuse recette de petits gâteaux de la pâtisserie orientale, nommés « ghribas bahla », ces petits gâteaux sont un classique de la pâtisserie marocaine. Ils ont comme origine les fameux montecaos ou montecados espagnols. Ils font partie de ces petits gâteaux que l’ont peut trouver dans tous les foyers marocains, faciles et rapides à faire. Très friables et fondants en bouche,  ils sont très appréciés à l’heure du thé. Ce qui les caractérise ce sont ces belles fissures, signe qu’ils sont réussis.

Voici sans plus attendre la recette; une recette que j’ai trouvée par hasard dans un compte instagram du nom de « mes_petits_moments_gourmands ». En visionnant le tutoriel sur sa vidéo, j’ai eu l’envie soudaine de tester la recette car j’aime bien tester à chaque fois une autre façon de faire… et j’ai trouvé les « ghribas » vraiment délicieuses !

RECETTE (on peut ajouter des graines de sésame grillées si on veut, c’est très bon!)

Ingrédients:

  • 500 g de farine t45 ou 5 verres à thé « 3anba » de farine (j’ai pesé 500 g de farine mais la prochaine fois j’essaierai avec la mesure du verre à thé car j’ai dû rajouter un peu d’huile pour ramasser la pâte)

  • 100 g d’amandes torréfiées réduites en poudre (ou 1 verre d’amandes torréfiées concassées finement)

  • 120 g de sucre en poudre (ou 1 verre à thé de sucre en poudre

  • 50 g de beurre fondu + 150 ml d’huile végétale (ou 1 verre à thé et demi d’un mélange de beurre et huile végétale avec plus d’huile que de beurre, disons 1 verre d’huile et un demi verre de beurre fondu mais on peut aller jusqu’à 2 verres d’un mélange beurre fondu et huile car tout dépend du pouvoir d’absorption de la farine)

  • 1 c à c de cannelle en poudre

  • 14 g de levure chimique

Préparation:

Dans un saladier, mettre la farine, les amandes en poudre, le sucre en poudre, la cannelle, la levure chimique. Mélanger. Incorporer le beurre et l’huile. Mélanger à la main, jusqu’à avoir un appareil homogène et former des boules ou des petits gâteaux en forme de cône.

Si vous n’arrivez pas à former des boules, c’est que la pâte est trop sèche, trop friable et manque de liant. Il suffit alors de rajouter de l’huile. J’ai dû en rajouter un peu jusqu’à avoir une pâte qui me permette de former des boules qui se tiennent.

Poser les petits gâteaux sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé ou bien simplement huilée. Ne pas oublier de les saupoudrer d’un peu de cannelle qu’on peut tamiser au-dessus.

Les enfourner, tout d’abord à 230°c position chaleur tournante avec grill pendant 5 minutes, en glissant la plaque au niveau le plus haut puis passées 5 minutes, baisser la température à 160°c position chaleur tournante en déplaçant la plaque en bas.

Je suis désolée je n’ai pas calculé le temps de cuisson avec exactitude, mais il a fallu une vingtaine de minutes…

Les gâteaux doivent gonfler et se fissurer; en dessous ils doivent être très légèrement dorés et rester blancs. Il ne faut pas les laisser trop dans le four sinon ils vont être trop durs et leur particularité c’est d’être friables, fondants.

De même qu’il ne faut pas les enlever de la plaque à la sortie du four sinon ils risquent de se briser. Attendre un peu avant de les manipuler.

Les conserver dans une boîte hermétique et…

régalez-vous!

Bassboussa à l’orange et aux amandes

Bonjour,

je partage avec vous ma recette de bassboussa à l’orange et aux amandes, comme promis!

Ce gâteau à la semoule, imbibé de sirop parfumé subtilement avec l’eau de fleur d’oranger vous ravira, encore faut-il apprécier le parfum de l’orange et son goût!

Ce gâteau découpé en jolies parts, des losanges ou même des carrés, qu’on présente dans de jolies caissettes, ornera une table de fêtes. Ce gâteau est très apprécié lors des fêtes mais aussi à l’heure du goûter quand l’envie se présente!

Il est très très moelleux de par sa texture humide, et  au bon goût d’amandes et orange!

RECETTE :

(Gâteau à faire la veille pour le lendemain!)

Ingrédients : *verre à eau de contenance=150 ml

  • 2 verres* de semoule moyenne

  • 1/2 verre de farine

  • 1 verre d’amandes en poudre

  • 1 yaourt nature

  • 3 oeufs moyens

  • 1 verre d’huile au goût neutre (huile de tournesol)

  • zeste d’une orange

  • le jus pressé de cette même orange

  • 1 sachet de levure chimique

  • 1 verre de sucre en poudre

Ingrédients pour le sirop :

Commencer par préparer le sirop, ainsi il aura le temps de refroidir. Il suffira ensuite d’imbiber le gâteau encore chaud avec le sirop refroidi.

  • 1 tasse de sucre (en morceaux convient très bien!) pour 2 tasses d’eau. Faire chauffer l’eau et le sucre quelques minutes, jusqu’à avoir un liquide sirupeux puis ajouter 1 c à s d’eau de fleur d’oranger ou plus selon votre goût!

Décoration :

  • de la poudre d’amandes

Préparation :

Dans un grand bol, mélanger les oeufs, le sucre, l’huile ainsi que le yaourt au fouet manuel.

Ensuite ajouter la semoule, la farine, la levure chimique, la poudre d’amandes ainsi que le zeste d’orange puis le jus pressé de l’orange.

Mélanger.

Verser la pâte dans un moule rond ou carré graissé et recouvert de papier sulfurisé.

Cuire environ 30 minutes à 180°c , la lame d’un couteau plantée au milieu du gâteau doit ressortir sèche.

Dès la sortie du gâteau, verser dessus le sirop, y aller progressivement, louche par louche. Attendre que le gâteau boive le sirop avant d’en rajouter.

Saupoudrer le gâteau avec de la poudre d’amandes.

Ne découper le gâteau que plusieurs heures après pour qu’il ait une bonne tenue et ne s’émiette pas!

Le mieux étant de le préparer la veille pour le découper en parts seulement le lendemain, pour éviter qu’il ne s’émiette.

Régalez-vous!

Ghribas ou ghoribas à la semoule et à la noix de coco

Bonjour!
Au vu des demandes nombreuses sur instagram pour avoir la recette, je vous publie aujourd’hui ma recette des « ghribas » ou « ghoribas » ces délicieux macarons à la semoule et noix de coco! 
Je tiens à préciser que c’est une recette familiale qui me vient de ma belle-famille de Fèz, c’est un classique de la cuisine marocaine, indémodable et vraiment exquis, c’est un pur régal! 
Cette recette est parfaite car elle donne de belles ghribas craquelées, signe de leur réussite; elles sont légèrement croustillantes sur le dessus et très moelleuses à l’intérieur! Au niveau du goût, rien à dire, à chaque bouchée nos papilles sont en émoi, on se régale et il y a comme un goût de « j’en reveux! »,  on sent bien le délicat parfum du citron associé à celui de la noix de coco, c’est un délice! 

RECETTE:

Respectez les ingrédients si vous voulez les réussir! Je vous ai donné le maximum d’informations!

Ingrédients:

– 3 oeufs moyens

– 200 g de sucre en poudre fin

– 1 sachet de levure chimique (mon sachet fait 11 g)

– 1 verre à eau d’huile de tournesol (mon verre fait 150ml)

– 250 g de semoule fine

– 250 g de noix de coco

– 1 c à soupe de confiture d’abricots

– le zeste d’un citron 

– 1 pincée de sel

 

PREPARATION:

Dans un grand récipient, casser les oeufs et les fouetter pour les mélanger avec un fouet manuel puis ajouter le sucre en poudre, l’huile, le zeste de citron et la levure chimique. Mélanger à nouveau avec le fouet.
Puis incorporer peu à peu en alternant la semoule et noix de coco jusqu’à tout mettre. Rajouter la cuillère de confiture d’abricots, la pincée de sel et mélanger de façon à bien homogénéiser le tout.
Je précise que je commence à mélanger les ingrédients avec le fouet tant que le mélange est liquide puis dès que ça commence  à s’épaissir, je finis de mélanger à la main.
Il ne s’agit pas de pétrir mais juste d’obtenir une pâte homogène qu’on peut modeler en ghribas ni trop dure ni trop trop molle.
Laisser la pâte reposer juste le temps de débarasser ce dont on a plus besoin, de préparer la plaque du four en la recouvrant de papier cuisson, de verser un peu d’eau de fleur d’oranger dans un petit ramequin et de mettre du sucre glace dans une petite assiette pouvant contenir au moins 6 petites boules!
Former alors des boules  de la taille d’une grosse noix en imbibant légèrement les doigts de fleur d’oranger, pour que la pâte ne colle pas aux doigts et rouler les boules dans le sucre glace puis les poser sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé.
Pour aller plus vite, avant de rouler les boules dans le sucre glace, en façonner au moins 6 voire 7, les poser dans l’assiette contenant le sucre glace et les enrober de sucre glace qui donnera de jolies craquelures!
Poser les boules enrobées de sucre glace sur la plaque du four en les espaçant et aplatir légèrement le dessus comme vous pouvez le voir sur les photos!
Pour la cuisson, il faut les enfourner dans un four non préchauffé à 170°c et les cuire en haut et en bas (fonction haut et bas du haut) 15 à 20 minutes, il faut qu’elles soient légèrement dorées!
Pour la cuisson, chacun fait à son goût, si vous les voulez un peu plus dorées comptez une vingtaine de minutes et n’ayez aucune crainte, avec cette recette, les ghribas sont moelleuses et fondantes en bouche! 
Une fois cuits, les laisser bien refroidir avant de les manipuler!
Si vous les testez, donnez-moi votre avis! 
Régalez-vous!