Baklawas aux amandes et aux noix

Bonsoir🌺

Préparation sur deux jours pour réaliser ces délicieuses baklawas ou baklavas. Ces petites douceurs sont constituées d’une superposition de plusieurs feuilles de pâte ultra fines croustillantes emprisonnant une succulente farce composée d’amandes principalement ainsi que d’une part de noix. J’aime torréfier légèrement les amandes pour révéler leur goût. Ces petits gâteaux sont gorgés de miel de fleurs parfumé à l’eau de fleur d’oranger, c’est juste un pur délice, une explosion de saveurs en bouche.
La baklawa puise ses origines au moyen Orient, originaire de la Turquie, on la retrouve un peu partout dans le bassin méditerranéen, Liban, Grèce, Tunisie, Maroc, Algérie… Chaque pays la prépare à sa manière, elle peut être composée de pâte filo, ou bien de pâte maison et la farce varie aussi selon les pays et les goûts, amandes, cacahuètes, noix, pistaches…
Aujourd’hui c’est la baklawa algérienne que je partage avec vous. Je me suis inspirée de deux spécialistes de la baklawa, mes chères Djouza du blog « ma cabane aux délices » ici et Nedra du blog « Passion culinaire by Minouchka ici.
J’en ai préparé une très grande quantité avec un kilo de fruits secs (amandes et noix). J’ai préféré l’arroser avec du miel de fleurs et non du sirop de glucose.

RECETTE

Pour un moule 50 cm de diamètre.

Ingrédients :

Pour la pâte :

  • 500 g de farine T45
  • 1 c à c de sel (5 g)
  • 100 g de beurre fondu
  • 1 oeuf moyen
  • 50 g d’eau de fleur d’oranger + eau en quantité suffisante pour ramasser la pâte

Pour le feuilletage :

  • Prévoir du beurre fondu clarifié, environ 200 g voire un peu plus (j’ai utilisé de la margarine pâtissière) pour badigeonner les feuilles de baklavas.
  • de la maïzena.

Ingrédients pour la farce :

  • 700 g d’amandes émondées, torréfiées légèrement (je préfère!) et hachées pas trop fin
  • 300 g de noix
  • 400 g de sucre en poudre
  • 2 c à s de confiture d’abricot
  • eau de fleur d’oranger

Décoration et finition :

  • Autant d’amandes qu’il y a de losanges pour décorer. Ces amandes doivent être émondées.
  • 1 kilo et demi de miel + 1/2 verre à thé d’eau de fleur d’oranger pour arroser le gâteau en fin de cuisson

Préparation :

  • Dans un grand plat, verser la farine. Ajouter le sel ainsi que le beurre fondu et refroidi. Bien amalgamer le tout.
  • Ajouter l’oeuf et mélanger.
  • Incorporer peu à peu l’eau de fleur d’oranger puis de l’eau juste ce qu’il faut pour ramasser la pâte.
  • Pétrir jusqu’à obtention d’une pâte lisse et malléable. Laisser reposer la pâte.

Entre temps…

  • Préparer la farce en mélangeant les amandes ainsi que les noix au sucre.
  • Ajouter la confiture. Malaxer le tout et mouiller peu à peu avec l’eau de fleur d’oranger en sablant entre les mains (on obtient un sablé pas une pâte).

Reprendre la pâte :

  • Former un boudin de pâte, le diviser en deux et chaque moitié en 7 , soit au total 14 petites boules de taille identiques.
  • Prendre une boule de pâte, l’abaisser au rouleau ensuite la faire passer à la machine à pâte numéro 7. On obtient une longue bande qu’il faut affiner davantage jusqu’à dépasser le diamètre du plat (« siniya » de cuisson).
  • Saupoudrer largement le plan de travail avec de la maïzena. Poser la bande de pâte et la recouvrir généreusement de maïzena. L’étaler au rouleau pour l’étirer. Saupoudrer de maïzena, en mettre beaucoup pour pas que la pâte colle, frotter avec la main et plier cette pâte. La retourner pour l’étaler à nouveau au rouleau et toujours en ayant comme objectif de l’étirer au maximum avec le rouleau et l’affiner au maximum.
  • Déplier délicatement la feuille de pâte affinée au maximum en évitant de la déchirer. La prendre à deux mains et secouer afin d’enlever le surplus de maïzena.
  • Etaler cette première bande de pâte ultra fine au milieu du grand moule beurré au préalable. Etaler cette bande de pâte délicatement puis avec une paire de ciseaux couper des deux côtés de la pâte pour combler les côtés qui sont restés sans pâte. Sila pâte se déchire un peu, ce n’est pas grave, il suffit de faire un pansement en récupérant un bout de pâte des chutes qui débordent du moule. S’il y a trop de maïzena par endroit, l’enlever avec un pinceau souple.
  • Badigeonner de beurre fondu à l’aide d’un autre pinceau en tapotant délicatement sur toute la surface. Vous venez de poser une feuille.
  • Continuer de la même manière en superposant ainsi les 6 autres feuilles. Badigeonner à chaque fois de beurre fondu.
  • Placer la farce d’amandes et de noix et égaliser bien la surface. Tasser avec la main ou une spatule.
  • Asperger d’un peu de beurre fondu.
  • Couvrir de nouveau avec les 7 autres feuilles de pâte très finement abaissées comme au début.
  • Le secret pour l’affiner au maximum c’est l’usage de la maïzena qu’on saupoudre généreusement et ainsi on peut étirer la pâte en l’affinant au rouleau. On l’étale en une longue bande. On saupoudre généreusement de maïzena pour l’empêcher de coller puis on plie cette bande de pâte en deux. On la tourne d’un quart de tour. On la saupoudre de nouveau de maïzena et on l’étire au maximum avec le rouleau jusqu’à obtenir une feuille ultra fine, presque aussi fine que de la pâte fino. Elle doit dépasser largement le grand moule de 5O cm de diamètre. Ensuite comme pour la première feuille, on dépose cette longue et large feuille au milieu du plat. Avec la main la faire épouser le moule et ce qui dépasse, on le découpe avec une paire de ciseaux. On récupère les parties découpées et on comble les vides jusqu’à recouvrir le grand moule.
  • Badigeonner chaque feuille de beurre fondu.
  • Tracez des losanges à l’aide d’un grand couteau bien affuté, sans que la lame touche le fond du plateau.
  • J’ai découpé le gâteau sous forme de rosace: couper la baklawa en deux parties égales puis en quatre.
  • Chaque quart sera divisé en deux. (Faites un schéma avec le traçage, vous trouverez sur internet et notamment dans le blog de Djouza un modèle de traçage).
  • Couper des bandes parallèles au trait de coupe des quarts, puis couper des bandes parallèles au 8 ème. Vous obtiendrez vos premiers losanges. On continue avec l’autre partie du quart en coupant toujours des bandes parallèles.
  • Attention : les traits de coupe des losanges doivent rejoindre les premiers déjà tracés pour avoir une belle rosace et faire de même pour tous les quarts, ainsi de suite jusqu’à dessiner une belle rosace faite de losanges.
  • Coupez sur tout le pourtour l’excédent de pâte qui dépasse du moule.
  • Piquer au milieu chaque losange d’une amande émondée.
  • Arroser généreusement de beurre fondu (avec les doigts sans toucher la baklawa) et enfourner dans un four à 180°C. Laisser cuire pendant 45 minutes jusqu’à ce que le dessus soit bien doré. Si ça dort trop vite, couvrir avec du papier aluminium. La baklawa doit être joliment dorée.
  • Attention: surveillez bien la cuisson car ça dore très vite.
  • Après cuisson, sortir le plateau ou siniya ou moule du four et arroser aussitôt avec du miel chaud mélangé à de l’eau de fleur d’oranger.
  • Remettre le moule dans le four éteint et laisser pendant 24 heures ou toute une nuit afin que le miel soit bien absorbé.
  • Le lendemain, découper les losanges en suivant le traçage et présenter chaque petite baklava dans une jolie caissette en papier.

Régalez-vous!

Briouates aux amandes

Bonjour 🌺

De délicats petits triangles aux amandes pour faire plaisir à ma petite tribu. Appelés communément briouates, ces petites douceurs à la farce raffinée, fondante et riche en amandes sont gorgées de miel pour le plus grand bonheur de nos papilles. Exquises, irrésistibles, en habit de fêtes lorsqu’elles sont parsemées d’amandes torréfiées, de graines de sésame et amandes effilées grillées ! Ces incontournables briouates sont très appréciées au Maroc au même titre que les gâteaux au miel chebakia, notamment en cette période de ramadan. Il m’arrive de faire un mélange de cacahuètes et d’amandes torréfiées pour un goût encore meilleur mais aujourd’hui je les ai préparées avec exclusivement des amandes👌Pour cette recette, j’ai utilisé un miel de fleurs, pas le sirop de glucose et ça fait toute la différence. La recette est facile à faire; elle semble longue tout simplement parce que je l’ai détaillée au maximum pour vous garantir un bon résultat. Qui craque pour ces petites briouates à l’enveloppe craquante en finesse, croustillante qui emprisonne une farce gouteuse à souhait?

RECETTE

Ingrédients :

  • Prévoir 2 paquets de feuilles de brick

Pour la pâte d’amandes :

  • 250 g d’amandes émondées (sans peau) frites, à peine dorées
  • 250 d d’amandes émondées
  • 150 g de sucre en poudre
  • 100 g de beurre doux
  • une pincée de petits grains de gomme arabique
  • 1 c à c de cannelle en poudre
  • 1/2 verre à thé d’eau de fleur d’oranger (« kass 3anba », un verre de contenance = environ 170 ml, en mettre la moitié!)

Décoration :

  • Quelques amandes émondées, frites et concassées finement (dans un hachoir)
  • Quelques amandes effilées concassées avec les doigts
  • Quelques graines de sésame grillées légèrement dans une poêle à sec
  • un petit ramequin avec de l’eau de fleur d’oranger pour le façonnage.
  • Prévoir 2 kilos de miel, le premier prix convient très bien.
  • huile de friture

Préparation :

  • Commencer par pocher les amandes : dans une casserole, verser les 500 g d’amandes ainsi que quelques amandes supplémentaires (une petite poignée environ) pour la décoration finale de nos briouates. Couvrir d’eau froide et laisser monter en ébullition quelques minutes. Avec une fourchette, saisir une amande et émondez-la entre vos doigts. Si la peau s’enlève facilement, couper le feu et égoutter vos amandes.
  • Emonder toutes les amandes. Les rincer dans un grand bol d’eau. Les égoutter.
  • Sécher les amandes sur une serviette éponge propre.
  • Peser 250 g d’amandes pochées qu’on va frire. Peser à part 250 g d’amandes qu’on va garder blanches, juste pochées.
  • Prendre une poêle moyenne, y verser de l’huile de friture. Plonger les 250 g d’amandes plus la petite poignée d’amandes pour la décoration dans l’huile froide puis démarrer la cuisson, feu moyen. Dès que l’huile bout, mélanger sans cesse avec une cuillère en bois.
  • Les amandes vont cuire à coeur et devenir croquantes. Il faut les retirer de l’huile dès qu’elles commencent avoir une jolie coloration marron très claire. Elles doivent à peine dorer et surtout pas être trop foncées sinon la farce aura un arrière goût d’amertume désagréable en bouche. Dites-vous qu’il faut les sortir assez vite de l’huile très chaude avec une grande cuillère écumoire dès qu’elles commencent à être uniformément colorées car même hors du feu, si elles traînent longtemps dans la poêle, elles continuent de brunir et le résultat qu’on recherche, c’est une coloration dorée, surtout pas brune. J’insiste car il en va de la réussite de ces briouates. La pâte d’amandes étant l’essentiel de cette recette.
  • Déposer les amandes torréfiées en les égouttant avec une grande cuillère écumoire, directement sur du papier absorbant.
  • Peser 250 g d’amandes frites. Les placer dans le bol du hachoir ou mixeur avec les 250 g d’amandes non grillées, le sucre si c’est un grand bol (type bol du thermomix) sinon allez-y par petites quantités à chaque fois. Hacher toutes les amandes avec le sucre jusqu’à obtenir un mélange concassé très fin. Verser le tout dans un grand bol.
  • Hacher la petite quantité d’amande pour la décoration assez finement (voir les photos) et réserver à part.
  • Revenir aux 500 g d’amandes hachées avec le sucre. Ajouter la cannelle ainsi que les petits grains de gomme arabique réduits en poudre avec un petit morceau de sucre pour faciliter cette opération. A noter que la gomme arabique est un excellent exhausteur de goût qui va révéler le goût naturel des amandes et le sublimer. Elle apporte un goût, une saveur parfumée à la pâte d’amandes. Mais si toutefois vous n’en avez pas dans vos placards, c’est pas grave.
  • Parfumer avec la cannelle en poudre.
  • Incorporer le beurre fondu ou très très mou.
  • Arroser le tout avec la fleur d’oranger.
  • A la main, bien malaxer le tout en frasant avec la paume des mains. Le mélange doit être bien homogène. La farce est prête, elle sent terriblement bon et donne presque envie d’être mangée telle quelle.
  • Plonger ses doigts dans de l’eau de fleurs d’oranger à chaque fois pour façonner des petites boulettes de pâtes d’amandes qu’on roule entre les paumes de ses mains. Former des petites boulettes d’environ 13 à 14 g. Elles doivent être régulières, de même taille. Inutile de les peser toutes, ce serait fastidieux. Vous pouvez peser juste la première boulette. Ensuite, il faut finir de les faire à l’oeil.
  • Découper de longs rubans dans une feuille de brick d’une largeur de 5 cm. Servez-vous d’un ruban découpé comme gabarit pour découper d’autres rubans dans d’autres feuilles de bricks. Les protéger entre deux feuilles de papier sulfurisé qui protègent les feuilles de bricks.
  • Huiler votre plan de travail pour assouplir les rubans de feuilles de brick. Pour aller plus vite, placer plusieurs rubans, un à côté de l’autre.
  • Déposer en bas de chaque ruban une boulette de pâte d’amandes.
  • Plier sous forme de triangle en enroulant la boulette de pâte d’amandes de gauche à droite en aplatissant délicatement avec le doigt la boulette au deuxième pliage de sorte à bien répartir la pâte d’amandes dans le triangle et remplir même les coins mais faites un pliage bien serré pour bien emprisonner la farce.
  • Insérer l’extrémité du ruban de feuille de brick dans le pliage du triangle et le coller avec du jaune d’oeuf pour éviter que les triangles ne se défassent dans l’huile chaude. La farce risquerait de s’échapper et salir l’huile.
  • Avant de commencer l’étape de la friture, préparer le miel qui va accueillir les briouates chaudes. Pour cela verser un kilo de miel dans une grande casserole. Remplir une grande poêle profonde avec de l’huile de friture. Mettre à chauffer l’huile sans arriver au point de fumée sinon les triangles de brick prendraient une couleur trop brune très vite et le résultat ne sera pas top. Préparer dans la foulée un bol passoire si possible en acier, posée sur une assiette plus grande pour recueillir le miel lorsque les gâteaux seront mis à s’égoutter.
  • Frire les petits triangles ou briouates farcis aux amandes dans un bain d’huile chaude et les faire dorer des deux côtés. Ce point est aussi important que la préparation des amandes au moment de la friture. Les petits triangles doivent être retournés aussitôt colorés sur une face. S’ils colorent très vite, baisser un peu le feu mais le feu ne doit pas être faible non plus donc à feu moyen c’est correct. Il faut les sortir de l’huile dès qu’ils sont colorés avec une coloration claire, pas trop foncée car une fois plongés dans le miel, leur couleur va foncer. Il y a un juste équilibre à respecter, ni trop blancs, trop clairs, ni trop foncés.
  • Les sortir avec une grande cuillère écumoire en les égouttant et les plonger aussitôt dans le miel. Les laisser plongés dans le miel.
  • Finir de cuire tous les triangles en les retournant souvent avec la cuillère écumoire et aussi fourchette. Rester bien à côté de la poêle pour surveiller étroitement cette étape délicate de la friture.
  • A noter qu’il arrive qu’une mousse ou écume assez épaisse recouvre les briouates, c’est dû à la présence de l’oeuf. Il ne faut pas s’affoler et si c’est vraiment très gênant, l’enlever en surface avec une cuillère à soupe et la déposer dans une petite casserole. C’est parfois gênant mais avec la cuillère écumoire on retourne facilement les petits triangles et en les retournant on peut juger de la bonne coloration pour les retirer à temps.
  • Une fois joliment dorés sur les deux faces, les retirer très vite avec une cuillère écumoire en les égouttant et les plonger dans le miel. Mettre d’autres triangles à frire. Verser au-dessus des triangles sortis de la friture plus de miel pour bien les couvrir (j’ai versé le deuxième kilo de miel). Pas besoin de les manipuler. Le miel les recouvre.
  • Il faut les laisser le plus longtemps possible dans le miel pour qu’il se gorgent de miel mais une dizaine de minutes c’est déjà bon.
  • Egoutter les triangles aux amandes en les déposant un après l’autre au début en vous aidant d’une fourchette, dans le bol passoire. Ensuite vous pouvez y aller avec une cuillère passoire , égoutter et poser dans la passoire qui elle-même est posée sur une assiette pour recueillir le miel qui s’écoule. On ne jette rien! Le miel utilisé sera ensuite remis dans son bocal et servira à préparer d’autres délices au miel. De même l’huile utilisée sera filtrée puis coulée dans une bouteille en verre (servez-vous d’un entonnoir et une petite passoire). Cette huile sera réutilisée pour d’autres briouates ou autre.
  • Passer à la décoration : saisir entre le pouce et l’index un triangle aux amandes au milieu et plonger les trois angles dans les amandes concassées, d’autres dans les graines de sésame grillées et d’autres seront décorés avec des amandes effilées concassées en les écrasant délicatement entre les doigts tout en les parsemant sur les triangles. Pour que les amandes effilées tiennent, plonger rapidement la face à décorer dans du miel.
  • Présenter les triangles décorés dans une belle assiette de service sinon les ranger dans une grande boîte hermétique recouverte de papier sulfurisé.

Ces petits triangles aux amandes sont terriblement bons! L’enveloppe est croustillante, la farce très goûtue est légèrement croquante et surtout fondante en bouche et bien parfumée.

*** Si vous testez ma recette , laissez-moi un commentaire ici, sous cet article, cela me fera plaisir et servira à d’autres gourmands désireux de tester. Merci de m’avoir lu, au plaisir de vous retrouver avec d’autres délices.

Régalez-vous!

Gâteau mousse coco

Bonjour,

Je suis ravie de vous retrouver avec un délicieux gâteau saveur noix de coco🥥 C’est une belle génoise légère et ultra moelleuse, garnie et recouverte d’une douce chantilly à la noix de coco, onctueuse et exquise avec une texture de mousse🥥A la dégustation, nous avons une impression de mordre dans un nuage. Le gâteau est ultra moelleux, fondant en bouche🥥Je l’ai préparé ce weekend et il a eu beaucoup de succès🥥En guise de déco, je l’ai entièrement recouvert de noix de coco râpée pour accentuer encore plus la saveur de la coco🥥 Ceci dit vous pouvez ne pas le recouvrir de noix de coco et le laisser tel quel, juste avec la mousse coco et le décorer avec un zeste de citron vert comme chez Blomma du blog « Une plume dans la cuisine » où je l’ai découvert Ici. Le mieux est de réaliser ce gâteau la veille parce qu’il doit reposer au frais pendant plusieurs heures, le temps que la crème fige et devienne mousseuse. En rouge, vous avez toutes mes petites modifications ou précisions supplémentaires pour vous aider à le réussir. Ce gâteau aux saveurs exotiques bien que simple dans sa réalisation est très beau. Il vous régalera à coup sûr à l’heure du goûter et il est parfait aussi, servi en dessert après un repas copieux.

RECETTE

Ingrédients pour 8 personnes :

Pour un moule de 23 cm (Mon moule = 23, 5 cm)

Génoise

  • 4 oeufs
  • 180 g de sucre en poudre
  • 60 g de farine
  • 70 g de fécule de pomme de terre ou bien de maïzena
  • 1 c à c rase de levure chimique

Sirop léger pour puncher

  •  20 cl d’eau
  • 50 g de sucre
  • 2 cuillères à soupe de jus de citron vert (citron jaune pour moi)
  •  liqueur, arômes, alcool au choix pour parfumer (extrait liquide de vanille pour moi)

P.S. A la place de ce sirop léger, vous pouvez utiliser le sirop d’une petite boîte de fruits au sirop que vous parfumez ensuite avec un arôme de votre choix.


Mousse à la noix de coco

  • 30 cl de crème fraîche entière épaisse (bien froide)
  • 130 g de sucre
  • 90 g de  noix de coco râpée
  • 30 cl crème liquide entière (bien froide)
  • ajout personnel : un petit bouchon d’extrait de noix de coco (facultatif)

Décoration :

  • 1 zeste de citron vert
  • J’ai recouvert le gâteau (haut et pourtours) avec de la noix de coco et décoré avec un peu de noix de coco grillée mais vous pouvez choisir de ne pas en mettre.

Préparation de la recette

La génoise
1- Chauffer le four à 180°C. Beurrer et fariner son moule (j’ai utilisé un moule à charnières avec fond amovible et j’ai placé au fond du papier sulfurisé.)
2- Mélanger le sucre et les œufs 5 minutes au batteur électrique. (J’ai utilisé mon robot pâtissier avec le gros fouet, fouetter de 5 à 8 minutes jusqu’à ce que le mélange épaississe, double, voire triple de volume et forme un ruban).
3- Mélanger la farine, la fécule de pomme de terre et la levure. Puis ajouter au mélange sucre-œuf en trois fois, et en mélangeant avec une cuillère en bois entre chaque addition (depuis que j’utilise un très gros fouet manuel pour intégrer les ingrédients secs, j’ai plus de grumeaux dans la pâte à génoise et le mélange est homogène. Il suffit d’intégrer les farines en soulevant la pâte avec le fouet, à la main, délicatement de devant en arrière. Ne pas mélanger longtemps pour garder le beau volume apporté par les oeufs fouettés.)
4- Verser la préparation dans le moule et enfourner 15-20 minutes dans le four chaud (pour moi plus, mais je nai plus que la fonction chaleur tournante). Laisser la génoise refroidir sur une grille.

Le sirop pour puncher
1- Mélanger dans une petite casserole l’eau, le sucre et le jus de citron.
2- Bouillir jusqu’à dissolution du sucre (2-3 minutes). Retirer la casserole du feu et parfumer. J’ai choisis de parfumer avec du rhum antillais.

La mousse à la noix de coco
1-
 Fouetter au batteur électrique la crème fraîche et le sucre jusqu’à ce que la préparation s’épaississe (bol et fouets froids).
2- Incorporer la noix de coco râpée et mélanger avec une cuillère en bois. Ajouter la crème liquide froide dans la préparation, et battre au batteur jusqu’à ce que la préparation épaississe en chantilly. Laisser la mousse reposer au réfrigérateur.

L’assemblage et la décoration du gâteau
1- Couper délicatement la génoise en deux. A l’aide d’un pinceau, imbiber l’intérieur des deux disques de sirop sur toute la surface.
2- Disposer 2/3 de la mousse sur la partie inférieure de la génoise. Ensuite, poser la seconde moitié de la génoise sur la mousse en pressant doucement. (j’ai imbibé de sirop le premier disque de génoise puis le dessus du deuxième disque)
3- Recouvrir le gâteau avec le reste de la mousse au coco, puis parsemer sur la surface du zeste de citron vert pour décorer.
(Moi j’ai choisi de le décorer avec de la noix de coco râpée)

Très important : Laisser reposer plusieurs heures au réfrigérateur avant de déguster. 

Régalez-vous !

Gâteau moelleux aux pommes et myrtilles

Bonsoir,

j’ai le plaisir de partager avec vous une délicieuse recette de gâteau aux pommes dans lequel j’ai rajouté des myrtilles. Je trouve l’association pommes/myrtilles parfaite dans ce beau gâteau bien généreux et très très moelleux. Il est possible de le parfumer au choix avec du rhum (pour ceux qui aiment et consomment l’alcool), de l’arôme spécial crêpes « arôme crêpes », ou tout simplement de la vanille. C’est une recette facile et rapide à préparer pour un beau résultat aussi bien au point de vue gustatif que visuel. Il est très gouteux et généreux en fruits. Pour un bon résultat, n’hésitez pas à bien respecter la recette et notamment la quantité de pommes qui doit être suffisante. Il s’agit d’une recette familiale pour se régaler à l’heure du goûter et pourquoi pas au petit déjeuner.

RECETTE

Ingrédients :

  • 4 oeufs
  • 12 cuillères à soupe de sucre en poudre
  • 12 cuillères à soupe d’huile de tournesol
  • un yaourt à la grecque de 150 g (ou même poids en yaourt à la vanille)
  • 200 g de farine pâtissière T45
  • un sachet de levure chimique
  • 2 grandes cuillérées d’arôme « arôme crêpes » ou autre arôme
  • 6 petites pommes ou 5 de calibre plus gros
  • 200 g de myrtilles fraîches
  • 1 sachet de sucre vanillé

Préparation :

  • Dans un grand bol, casser les oeufs. Mélanger rapidement au fouet manuel.
  • Ajouter le sucre puis l’huile. Mélanger au fouet.
  • Incorporer le yaourt à la grecque. Mélanger.
  • Ajouter la farine ainsi que la levure et bien mélanger pour avoir un appareil bien homogène.
  • Parfumer votre pâte avec l’arôme choisi. Mélanger.
  • huiler (pour fixer le papier) puis tapisser un moule de 24 cm de diamètre avec du papier sulfurisé ou bien beurrer puis fariner. (J’ai utilisé un moule à charnières avec fond amovible).
  • Couler la pâte dans le moule en vous aidant d’une spatule en silicone.
  • Peler et épépiner les pommes. Les couper en deux puis chaque moitié en lamelles bien régulières et sans les détacher.
  • Déposer les moitiés de pommes sur le gâteau délicatement et de façon harmonieuse sans chercher à les enfoncer. Saupoudrer le sucre vanillé sur les pommes.
  • Eparpiller les myrtilles sur le dessus.
  • Enfourner pour environ 35 minutes de cuisson mais tout dépend chaque four. Vérifier en plantant la lame d’un couteau qui doit ressortir sèche. Le gâteau doit prendre une belle coloration.

Ce gâteau est absolument délicieux.

Régalez-vous !

Tarte nuage coco

Bonsoir,

me revoilà avec une succulente tarte au doux nom de « tarte nuage coco ». C’est une belle tarte qui évoque les îles, l’évasion, un voyage des sens… Cette tarte 🥥 est composée de différentes couches, avec différentes textures et inutile de vous dire que le tout en bouche est une explosion de goûts et de saveurs🥥. Les fans de desserts à la noix de coco seront ravis🥥. Le fond de tarte est une tarte sablée au chocolat, dessus nous avons une couche de biscuit coco🥥puis une couche de crème pâtissière au lait de coco et la couche du dessus est une crème montée, mascarpone et crème fraîche entière, le tout montée en crème chantilly, que j’ai parfumée à l’extrait de noix de coco pour renforcer le goût de la noix de coco🥥. La tarte est décorée avec de la noix de coco grillée🥥
C’est ma fille, qui ayant une prédilection toute particulière pour les desserts à la noix de coco, a découvert cette merveille en premier et est venue me solliciter pour la réaliser et c’est une belle découverte trouvée ici dans le blog « Mes délicieuses créations ». Pour une question d’organisation, vous pouvez préparer la pâte la veille puis la réserver au frais toute une nuit et la cuire le lendemain. De même que vous pouvez préparer la crème pâtissière la veille et la réserver au frais. J’ai réalisé cette recette en un après-midi.

RECETTE

Ingrédients pour un cercle de 24 cm :

  • un fond de tarte au cacao
  • un biscuit coco
  • une crème pâtissière au lait de coco
  • une crème chantilly
  • Décoration : noix de coco grillée
  1. Fond de tarte au cacao :

Ingrédients :

  • 120 g de beurre pommade 
  • 80 g de sucre glace
  •  25 g de poudre d’amande
  •  200 g de farine
  • 30 g de cacao en poudre
  •  1 oeuf entier 
  • 1 c. à café de vanille liquide 
  • 1 pincée de sel

Préparation :

  • Dans le bol du robot pâtissier, versez le sucre glace, le beurre pommade et la poudre d’amande.
  • Commencez à remuer au batteur avec la « feuille ». Vous devez obtenir une texture crémeuse et homogène.
  • Ajoutez l’oeuf et continuez à mélanger.
  • Une fois l’oeuf incorporé, tamisez directement la farine sur la préparation. Mélangez la pâte.
  • Faites une boule et réservez au frais pendant 1 h. Sortez la pâte 10 min avant de l’étaler puis étalez-la sur 8 mm d’épaisseur, sur un plan de travail fariné. Si vous préparez la pâte la veille vous pouvez laisser la tarte au frais ou au congélateur cela évitera qu’à la cuisson le fond de tarte ne s’affaisse et gonfle.
  • Beurrez le cercle (24 cm) perforé (un moule à tarte perforé avec fond amovible pour moi).Foncez la pâte dans le moule puis réservez 1 h au congélateur (une petite demi heure pour moi).
  • Sortez la pâte du congélateur.
  • À l’aide d’un cercle, découpez le fond et une bandelette. Sur le fond du cercle, disposez la pâte prédécoupée. Ajoutez la bandelette sur les parois du cercle. N’ayant pas de cercle de 24 cm, j’ai juste foncé un moule à tarte perforé et avec fond amovible avec la pâte c’est à dire que j’y ai étalé la pâte).
  • Réservez le fond de tarte au frais pendant 30 minutes.

2. Crème pâtissière :

Ingrédients :

  • 2 oeufs
  • 150 g de lait de coco
  • 100 g de lait
  • 60 g de sucre
  • 30 g de maïzena
  • 50 g de beurre

Préparation :

  • Dans une casserole, versez le lait de coco et le lait. Chauffez le tout à feu doux.
  • Pendant ce temps blanchir les jaunes avec le sucre et ajoutez la maïzena et la vanille.
  • Versez le lait chaud en deux fois tout en remuant puis transvasez l’appareil dans la casserole.
  • Cuire le tout à feu doux sans cessez de remuer. Une fois que la  crème a bien épaissi, ajoutez le beurre et mélangez.
  • Versez la crème dans un saladier puis filmez au contact pour éviter que la surface ne croûte. Réservez  2 h au frais.

3. Biscuit coco :

Ingrédients :

  • 90 g de noix de coco rapée
  • 50 g de sucre
  • 1 blanc d’oeuf
  • 100 g de crème liquide peu importe le taux de MG

Préparation :

  • Dans un saladier versez la noix de coco râpée, la crème, le sucre et le blanc d’œuf puis mélangez.
  • Préchauffez votre four à 180 ° et précuire le fond de tarte dix minutes puis garnir le fond de tarte de pâte à la coco et enfournez de nouveau 16 min. Une fois cuit laissez refroidir et démoulez.

4. Crème montée :

Ingrédients :

  • 200 g de crème à 30 % de MG
  • 100 g de mascarpone
  • 3 c.s de sucre glace
  • 1 c.c de vanille liquide
  • un bouchon d’extrait de noix de coco (facultatif, c’est un ajout personnel)

Préparation :

  • Dans une cuve bien froide versez tous les ingrédients et montez le tout en chantilly. Cela doit doubler de volume et former un bec d’oiseau.

Montage :

  • Fouettez la crème pâtissière (je me suis servie d’un mixeur plongeant) puis versez la crème dans le fond de tarte, sur le biscuit coco et étalez à la spatule. Saupoudrez de noix de coco et réservez au frais.
  • Sortez la tarte et versez la crème montée au centre, étalez grossièrement à l’aide d’une spatule. Saupoudrez de coco et réservez 2 h minimum au frais.
  • Décorer avec de la noix de coco râpée grillée (torréfiée à la poêle).

Il est très important de laisser la tarte minimum 2 heures au frais avant dégustation. Cela va permettre à la crème de prendre …

Régalez-vous !

Gaufre de Liège

Bonsoir,

j’ai le plaisir de partager avec vous une délicieuse recette de gaufres et plus précisément des gaufres de Liège. Dans la foulée j’en ai mangé deux, en les cuisant; c’est tellement bon que c’est difficile d’y résister! C’est plus calorique que les gaufres classiques mais quel bonheur que ces gaufres de Liège, des gaufres au sucre perlé…lors de la cuisson, le sucre caramélise et ça donne un bon goût. Une odeur gourmande embaume toute la cuisine et réveille les papilles. Cette gaufre épaisse, moelleuse à l’intérieur et légèrement croustillante à l’extérieur, surtout dès qu’elle quitte le gaufrier, a tout pour plaire ! On fait fi du risque d’accumuler les calories et on se régale! Au diable vauvert la culpabilité, de temps en temps, une belle gourmandise bien riche en gras et sucre fait plaisir, ça remonte le moral. Bien évidemment qui dit gaufres dit Belgique. En effet c’est une spécialité belge. Pourquoi cette envie soudaine de gaufres liégeoises  ou waffles ? Et bien c’est en parcourant le feed Instagram que je suis tombée dessus et l’idée ne m’a plus quittée, il fallait absolument que je teste cette recette trouvée chez « Gâteau à croquer » ICI . Si tu passes par là, Merci Annabelle!

RECETTE

Ingrédients :

  • 500 g de farine
  • 200 g de beurre fondu
  • 50 g de sucre en poudre
  • 200 ml de lait
  • 200 ml d’eau
  • 2 oeufs
  • 10 g de levure boulangère fraîche ou 1 sachet de levure de boulanger sèche
  • 1 pincée de sel
  • 200 g de sucre perlé

Préparations :

  • Dans un bol : émietter la levure de boulanger.
  • Ajouter dans l’ordre (par dessus la levure) : la farine, le lait, l’eau, les oeufs et le sucre en poudre. Mélanger le tout à la cuillère en bois.
  • Puis ajouter le beurre fondu et le sel. Mélanger de nouveau jusqu’à obtenir une pâte homogène.
  • Laisser la pâte reposer, une trentaine de minutes dans un endroit chaud.
  • Le temps de pause passé, votre pâte aura doublé de volume.
  • Ajouter le sucre perlé. Mélanger.
  • Faire cuire les gaufres dans un gaufrier bien chaud.

Attention de ne pas trop mettre de pâte (à la cuisson la gaufre gonfle et risque de déborder).

Régalez-vous !

Délicieuse recette de crêpes feuilletées (msemmens marocains)

Bonsoir,

J’ai déjà posté dans mon site des recettes de msemmens et comme je vous avais expliqué dans un de mes articles sur le sujet, il y autant de recettes que de foyers marocains. Habituellement ces crêpes feuilletées sont préparées à l’oeil, sans rien mesurer. Pour ces msemmens que j’ai partagés avec mes abonnés sur Instagram, je me suis appliquée à peser tous les ingrédients que j’ai utilisés au gramme près pour vous faciliter leur réalisation. J’ai pensé particulièrement aux débutants qui voudraient tester la recette. J’ai pétri la pâte au robot puis l’ai laissée reposer toute une nuit au frigo. Ces msemmens bien feuilletés sont moelleux et délicieux. Je rappelle qu’ils se congèlent parfaitement emballés dans du film transparent puis dans un sac de congélation. Il suffit ensuite de sortir la quantité qu’on veut et de les chauffer à feu doux dans une poêle ou bien de les décongeler au micro-ondes. Si vous voulez les réaliser de suite, alors optez pour un bon pétrissage à la main d’environ 20 minutes ou bien un pétrissage dans une machine à pain ou au robot une dizaine de minutes mais le fait de laisser la pâte reposer durant des heures donne un bon résultat je trouve au niveau de la texture, de même qu’elle est plus facile à étaler. La même recette avec des msemmens encore plus feuilletés a déjà été postée ICI .

RECETTE

Ingrédients :

  • 300 g de semoule extra fine
  • 300 g de farine t 55
  • 334 g d’eau
  • 2 c à c rases de sel
  • 1 c à c non rase de beurre mou
  • 1 c à s de miel de fleurs

Ingrédients pour le feuilletage :

  • environ 100 g de margarine ou beurre fondu pour le feuilletage.
  • 2 c à c rases de levure chimique (à dissoudre dans le beurre)
  • 50 g de semoule extra fine (pensez à la mettre dans une saupoudreuse, c’est plus pratique)
  • un petit bol d’huile de tournesol pour étaler les crêpes feuilletées.

Préparation :

La veille ou bien tôt le matin pour l’après-midi :

  • Dans le bol du robot, mettre tous les ingrédients secs (semoule extra fine, farine et sel) puis le beurre ainsi que la cuillerée de miel.
  • Ajouter l’eau progressivement tout en pétrissant avec le fouet « pétrin ». Pétrir environ 8 à 9 minutes. Sortir la boule de pâte de la cuve du robot et la placer dans un sac de congélation. Fermer le sac et placer la boule de pâte dans le réfrigérateur (je l’ai rangée dans le bac à légumes).
  • Le lendemain ou après plusieurs heures, sortir le sac de congélation du réfrigérateur. Sortir la pâte et la laisser à température ambiante au moins dix minutes.
  • Huiler ses doigts et former 12 boules de pâte. Les poser au fur et à mesure sur un plateau huilé et passer de l’huile dessus avec les doigts pour qu’elles ne croûtent pas. Laisser reposer un peu.
  • Préparer tout près, sur la table les ingrédients cités pour le feuilletage.
20181226_155600
(Photo pour vous montrer le façonnage. Certaines photos sont des photos que j’ai rajoutées pour illustrer ma recette.)
  • Prendre une boule de pâte, la plonger dans le bol d’huile puis l’étaler finement sur un plan de travail huilé. L’étaler jusqu’à voir à travers! Si vous avez bien pétri la pâte, cette opération sera un jeu d’enfant. Il suffit d’étaler la boule en formant un rectangle puis attraper les bords, soulever tout en étirant délicatement pour agrandir et jusqu’à former un grand voile fin et rectangulaire comme ci-dessus (dans une vidéo postée sur Instagram, je montre comment je procède!)
  • Asperger de beurre fondu le rectangle formé et le saupoudrer de semoule extra fine (ce qui va favoriser le feuilletage).
20181226_155618
  • Rabattre la partie supérieure, la saupoudrer de semoule fine puis rabattre dessus la partie inférieure. On obtient un long ruban de pâte. Saupoudrer encore de semoule.
20181226_155645.jpg

En partant de la gauche, commencer à rabattre la partie de gauche.

20181226_155652

Avancer ainsi, en rabattant à chaque fois le côté gauche…

20181226_155659

On continue d’avancer le carré une fois, deux fois, trois fois, de la gauche vers la droite…jusqu’à former un carré qu’on réserve de côté…

Une fois tous les carrés de msemmens formés, commencer la cuisson. Chauffer une grande poêle lourde et épaisse ou bien un farrah comme ci-dessus et étaler le premier carré réalisé, qui aura bien reposé et sera facile à étaler. Ne pas l’étaler trop finement, ni trop fin ni trop épais! Huiler à chaque fois la table et vos doigts pour pouvoir étaler facilement le carré.

Asperger la poêle d’un peu d’huile seulement pour la première galette, pour les autres, ça n’est pas nécessaire!

Cuire chaque carré, à feu moyen, en le retournant souvent jusqu’à ce que les msemmens soient joliment dorés. En principe, ils gonflent un peu en cuisant.

Procéder ainsi pour tous les carrés, qu’on étale au fur et à mesure qu’on les cuit…

Les poser sur un plat ou plateau recouvert d’une serviette de cuisine propre.

Les servir avec un bon miel ou bien de la confiture, ou ce que vous voulez!

Elles sont appréciées servies avec un bon thé à la menthe!

Régalez-vous !

Gâteau aux pommes à la crème pâtissière

Bonjour,

C’est avec plaisir que je partage avec vous cette délicieuse recette de gâteau aux pommes à la crème pâtissière. Il est composé d’une pâte à gâteau parfumée à la vanille et riche en fruits, d’un quadrillage de crème pâtissière qui en plus d’apporter du goût et du fondant au gâteau, donne un joli effet. Comme souvent j’aime apporter ma touche personnelle et c’est ainsi que j’ai ajouté quelques amandes effilées pour une belle finition et donner du croquant à ce gâteau aux pommes 🍏🍎🍏qui nous a régalé à l’heure du goûter. C’est en cherchant une idée de gâteau pour le goûter que je suis tombée sur cette belle recette, ici chez Carofil Cooking.

C’est un gâteau qui nous a beaucoup plu et ce qui m’a donné envie de le tester au départ c’est ce joli quadrillage de crème pâtissière qui en fait un beau gâteau et qui bien-sûr apporte aussi du goût et du moelleux.

RECETTE

Ingrédients :

Pour la pâte à gâteau :

  • 110 g de yaourt (j’ai utilisé un yaourt à la vanille)
  • 2 oeufs
  • 7 g de vanille (1 sachet de vanille)
  • 200 g de farine
  • 8 g de levure chimique
  • 2 pommes
  • 100 g de sucre en poudre

Pour la crème pâtissière :

  • 1 oeuf
  • 250 ml de lait
  • 16 g d’amidon (maïzena)
  • 50 g de sucre en poudre

Décoration :

(facultatif)

  • quelques amandes effilées.

Préparation :

du gâteau aux pommes :

  • Dans un saladier, casser les deux oeufs. Mélanger avec un fouet manuel.
  • Ajouter le sucre. Mélanger à nouveau avec le fouet jusqu’à blanchiment.
  • Ajouter le sucre vanillé ainsi que le yaourt. Mélanger le tout.
  • Incorporer la farine puis mélanger au fouet pour avoir un mélange bien homogène.
  • Ajouter la levure chimique tamisée. Mélanger le tout.
  • Peler les pommes. Couper en quatre quartiers chaque pomme. Enlever les pépins avec un couteau. Détailler chaque quartier en morceaux ni trop fins ni trop épais.
  • Ajouter les cubes de pommes dans la pâte à gâteau. Mélanger avec une spatule. La pâte est assez épaisse.
  • Choisir de préférence un moule carré. Le huiler au pinceau puis y fixer du papier sulfurisé. Vous pouvez huiler à nouveau le papier sulfurisé sur le dessus avant d’y verser la pâte avec les pommes. Etaler la pâte en répartissant la pâte avec la spatule et égaliser la surface.

de la crème pâtissière :

  • Dans une casserole, casser l’oeuf.
  • Ajouter le sucre. Mélanger au fouet.
  • Ajouter le lait puis l’amidon (maïzena). Mélanger au fouet pour dissoudre l’amidon.
  • A feu doux et en remuant sans cesse, faire épaissir la crème jusqu’à obtenir une belle crème pâtissière épaisse et lisse.
  • Verser la crème pâtissière dans une poche à douille munie d’une douille lisse.
  • Dresser un joli quadrillage avec la crème pâtissière en dressant des lignes en biais (de sorte à avoir de jolis petits losanges). J’espère que vous ferez mieux que moi, j’ai tremblé et mon quadrillage n’est pas très bien fait mais ça n’a aucune incidence ni au point de vue visuel ni gustatif donc tout va bien.
  • J’ai parsemé des amandes effilées sur tout le pourtour du gâteau.
  • Cuire dans un four à 180°C (j’ai préchauffé mon four) pendant 30 minutes environ ou jusqu’à avoir un gâteau bien doré. Vérifier la cuisson avec une lame de couteau au bout de 30 minutes en la plantant dans la pâte et non la crème pâtissière.
  • Attendre quelques minutes avant de démouler le gâteau et le présenter dans un plat de service.

Régalez-vous!

Le vrai Tiramisu

Bonsoir

Qui dirait non à ce dessert fabuleux, certainement pas moi! On ne présente plus le tiramisu, ce succulent entremets italien à base de mascarpone, de biscuits, parfumé au café et saupoudré de cacao mais je vais vous le décrire pour le plaisir, en quelques mots.  Comme chacun sait, l’appellation « tiramisu » signifie littéralement « tire-moi vers le haut », « remonte-moi le moral », « redonne-moi des forces ». Cette pâtisserie est facile à réaliser. C’est un dessert traditionnel de la cuisine italienne très apprécié et pas qu’en Italie! Je l’ai préparé ce weekend, d’après une recette authentique, partagée par une italienne, Monia de Napoli Gang ,c’est la recette du vrai tiramisu par excellence. C’est une belle recette de grand mère. Bien entendu, le tiramisu doit reposer toute une nuit dans l’idéal ou bien toute la journée pour obtenir le résultat escompté, à savoir un délicieux tiramisu bien crémeux, onctueux et exquis. Il est facile et rapide à préparer, la seule difficulté serait de bien monter la crème fraîche en chantilly, sinon pour le reste c’est un jeu d’enfant. Le long temps de pause au frais (réfrigérateur) est nécessaire, c’est ainsi que vous obtiendrez un succulent tiramisu avec une crème mousseuse et savoureuse. Cette crème est une tuerie, un vrai délice ! Bien onctueuse et qui ne dégouline pas dans tous les sens, elle est juste parfaite à mon sens👌. Comme vous pouvez le constater, le tiramisu se tient bien à la découpe. Dans sa recette, Monia utilise des boudoirs et non des biscuits à la cuiller mais ils sont tout aussi indiqués. Je n’ai rien voulu changer à cette recette que j’ai donc respecté à la lettre. Avant dans mon tiramisu, j’ajoutais également de la crème chantilly pour avoir un tiramisu qui se tient bien mais je gardais également les blancs d’oeufs que je montais en neige et ma crème était vraiment superbe, bien mousseuse mais d’avoir essayé cette nouvelle recette, je suis séduite par cette crème bien onctueuse mais surtout j’ai été interpellé par le titre « le vrai tiramisu » qui plus est, est préparé par une italienne. Je vais garder précieusement cette recette! Nul besoin de gélatine ici ni de blancs en neige. Une crème chantilly est ajoutée à l’appareil jaunes d’oeufs et sucre, mascarpone, et basta! Le café qui sert à imbiber les biscuits est, dans la recette, parfumé avec un alcool, le marsala, que je n’ai pas mis mais je tiens à le préciser.

Je vous conseille de commencer par préparer le café qui doit être froid pour ne pas ramollir les biscuits. Ci-dessous, vous trouverez la recette avec mes précisions supplémentaires pour vous garantir la réussite de ce dessert. Les blancs d’oeufs peuvent être utilisés dans d’autres recettes et internet reste une belle source d’inspirations.

RECETTE

Ingrédients :

  • 150 ml de crème liquide entière froide (j’aime bien utiliser la crème liquide fleurette entière)
  • 4 jaunes d’oeufs
  • 70 g de sucre
  • 400 g de mascarpone froid
  • un grand bol de café noir auquel on ajoute un alcool: du marsala (je n’en ai pas mis)
  • du cacao en poudre pâtissier (donc non sucré)
  • des biscuits à la cuillère ou boudoirs

Préparation :

  • Dans un grand bol, monter la crème liquide bien froide en chantilly puis réserver au frais. Monia l’a montée à la main au fouet, je n’ai pas eu ce courage, j’ai utilisé mon batteur électrique. A noter que le bol en acier de préférence, la crème ainsi que les fouets du batteur doivent être entreposés au frais auparavant. La crème je la place carrément au congélateur avec les fouets pour qu’ils refroidissent très vite. Ainsi on se donne toutes les chances de monter la crème facilement.
  • Dans un autre grand bol, mélanger les jaunes d’oeufs, le sucre. Fouetter quelques minutes comme pour blanchir l’appareil. Utilisez pour cela le fouet manuel.
  • Ensuite ajouter en trois fois ou petit à petit le mascarpone sorti droit du réfrigérateur. Au début, vous aurez quelques petits morceaux de mascarpone qui en fouettant de manière soutenue vont s’incorporer à l’appareil des oeufs.
  • Avec une spatule, ajouter la crème fraîche montée en chantilly d’un coup. Mélanger avec une grande douceur pour garder un beau volume.

Montage du tiramisu :

  • Dans un moule rectangulaire (un petit moule haut, ici d’environ 25 cm de longueur pour 18 cm de largeur avec une hauteur de 5 cm)
  • Tremper rapidement le boudoir dans le café froid. Le passage dans le café doit être mené rapidement, c’est très important.
  • Poser les boudoirs bien serrés dans le moule.
  • Etaler la moitié de la crème délicatement sur cette première couche de biscuits en égalisant la surface avec votre spatule.
  • Saupoudrer le dessus de cacao tamisé. Cette étape est très importante. Le cacao ici n’est pas juste accessoire, il apporte du goût.
  • A nouveau, étaler une couche de biscuits imbibés de café sur la couche de cacao qui recouvre la crème au mascarpone.
  • Ajouter l’autre moitié de crème au mascarpone. Etaler en égalisant la surface.
  • Saupoudrer largement de cacao en tamisant.

Le lendemain, le tiramisu est un pur régal.

Je vous invite à tester cette belle recette, è una ricetta delicioza ! Et si vous testez cette recette partagée, n’hésitez pas à revenir ici et donner votre avis en commentaire.

Régalez-vous!

Fekkas marocains aux amandes

Bonsoir !

Petit partage de délicieux fekkas, réalisés cet après-midi. Ces fekkas sont vraiment délicieux, croquants, riches en fruits secs (sésame et amandes entières), parfumés délicatement à l’anis et graines de fenouil. Ils sont croquants et sablés à la fois. D’habitude j’aime y rajouter des raisins secs mais cette version est aussi savoureuse! Ces fekkas vous rappellent certainement les croquets algériens ou les fameux biscotti italiens mais les recettes sont un peu différentes notamment dans les arômes et le choix des fruits secs. Quoiqu’il en soit, les trois sont un délice mais aujourd’hui ce sont des fekkas marocains que j’ai préparés, parfaits pour accompagner le thé ou le café, à grignoter à tout moment de la journée, c’est si bon et ça se conserve bien! Je suis sûre que cette recette traditionnelle vous plaira. Ils ne sont pas très sucrés, je trouve qu’il y a un bon équilibre dans les ingrédients.

RECETTE

Ingrédients :

(j’ai utilisé comme verre, le verre « 3anba » »grappe de raisin »)

  • 6 oeufs
  • 2 verres* de sucre en poudre
  • 2 verres d’huile de tournesol
  • 1 verre d’amandes entières
  • 1 verre de graines de sésame
  • 1 bonne pincée de sel (j’ai mis 1 c à c rase)
  • vanille (j’ai mis 2 petits bouchons d’extrait liquide de vanille), on peut mettre du sucre vanillé…
  • 2 c à c de graines de fenouil (la couleur et le goût s’apparentent à celui de l’anis)
  • 2 c à c de graines d’anis vert trié
  • 2 sachets de levure chimique, sachant qu’au Maroc le sachet de levure « Ideal » équivaut à 7 g, j’ai donc mis 14 g de levure chimique
  • environ 1 kilo de farine (j’ai ajouté quelques petites poignées de farine en plus) mais tout dépend le pouvoir d’absorption de la farine utilisée, on en met plus ou moins 1 kilo. J’ai utilisé la farine pâtissière T 45.

Préparation :

  • Dans un grand plat, casser les oeufs, ajouter tous les ingrédients sauf la farine.
  • Avec un fouet manuel, fouettez l’ensemble pour avoir un mélange homogène. On peut commencer par fouetter les oeufs avec le sucre puis ajouter les autres ingrédients petit à petit mais moi je préfère tout mettre au départ.
  • Ajouter la farine petit à petit en la tamisant au-dessus du mélange aux oeufs. Y aller progressivement tout en fouettant avec le fouet pour bien incorporer la farine. A un moment donné, on abandonne le fouet, lorsque la pâte s’épaissit et on continue à mélanger avec la main.
  • Pétrir juste le temps d’avoir une pâte homogène assez épaisse, compacte mais qui colle aux doigts. Pour bien la mélanger, j’ai tout versé sur le plan de travail et j’ai pétri rapidement.
  • Raclez la pâte qui colle à vos doigts en vous aidant d’une cuillère à soupe ou bien une corne à pâtisserie; lavez vos mains puis former 7 boules de pâte (aidez-vous de la corne à pâtisserie en silicone pour déplacer ou décoller la pâte du plan de travail).
  • Former des boudins de pâte comme sur la photo en allongeant et roulant une boule de pâte sur le plan de travail. Déposer les boudins formés au fur et à mesure sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé.
  • Dans un petit bol, mélanger avec une fourchette un petit oeuf avec un stick de café soluble qui correspond à une dosette de 2 g de café). Bien fouetter pour dissoudre le café soluble. Badigeonner avec un pinceau les boudins de pâte à fekkas avec ce mélange oeuf/café. Décorer avec une fourchette pour dessiner des lignes en zigzag. Il va vous rester de la dorure, ça se congèle très bien pour des prochains fekkas.
  • Cuire ces boudins environ 15 à 20 minutes à 180°C. Couper un boudin de fekkas et vérifier si c’est cuit, il ne faut pas que la pâte soit crue).
  • Sur une planche à découper, couper des fekkas en biais en essayant de les découper de manière régulière, ni trop épais, ni trop fins. Les poser à nouveau sur la plaque du four. C’est la partie la plus délicate car il s’agit de les découper sans trop faire de dégât, ils ont tendance à se briser. Pour cela il est important d’utiliser un couteau à lame large bien aiguisé. Malgré cela certains fekkas vont se briser, c’est pas grave, tout est mangeable!
  • Dorer les fekkas que vous venez de découper à 2OO°C. Les retourner et dorer sur l’autre face. Ils doivent être joliment dorés des deux côtés.

source de la recette : compte instagram « mery_elazhari » trouvée dans le compte « dar.lakbira »

Ces fekkas sont un délice! Je vous souhaite une bonne réalisation et régalez-vous!